Romarin

Le romarin est un hommage aromatique à la vie et à l’amour. Dans la Grèce antique, l’herbe était considérée comme un remède vivifiant et était consacrée à la déesse de l’amour : Aphrodite.

  1. Arôme et transformation du romarin
  2. Utilisation du romarin
  3. Origine et histoire du romarin

Arôme et transformation du romarin

Le romarin fait partie des plantes aromatiques et son parfum résineux rappelle immédiatement le pin, l’épicéa, l’encens et la Méditerranée ; Et son bouquet aromatique amer et épicé enchante par ses saveurs intenses. Des notes de camphres et d’eucalyptus arrondissent le goût de l’herbe aromatique.

Le romarin est une plante qui pousse dans la nature à l’état sauvage et qui se cultive dans les jardins.

La récolte de cet arbrisseau au feuillage persistant a lieu pendant ou après la floraison, pendant les mois d’été. Il est nécessaire de faire sécher le romarin afin de récolter pleinement son essence. Les rameaux sont coupés et les feuilles sont séparées de la tige. Le processus s’effectue à la main soit avant le séchage, soit après, en battant les tiges sèches. Les feuilles ainsi extraites ressemblent à de petites aiguilles de pin, voilà pourquoi on parle souvent à tort des aiguilles de romarin. Plus le romarin est séché rapidement dès sa floraison plus ses feuilles contiennent d’huile essentielle et plus leur arôme sera intense.

Utilisation du romarin

Un fin carré d’agneau, une omelette relevée, de délicieuses marinades pour grillades de toutes sortes, le romarin enrichit un nombre incalculable de plats de la cuisine italienne, espagnole et provençale, grâce à son bouquet aromatique épicé. Qu’on utilise le rameau frais entier ou les feuilles, séchées, coupées ou moulues, le romarin confère à la viande d’agneau et de mouton, au veau, au jarret de veau, au rôti de porc et de lapin, au goulasch, aux ragoûts de gibier et de volaille, à la viande hachée et au poulet un arôme méditerranéen et chaleureux unique. Le romarin a même une place de choix dans les plats végétariens tels que les sauces et soupes de tomate, les soupes épaisses de légumes, les tendres petits pois, les haricots blancs. Parmi les spécialités pour lesquelles le romarin est indispensable, on retrouve la fameuse frittura mista italienne et les galettes garnies de morceaux de viande et de légumes.

Le romarin parfumé trouve également sa place dans la cuisine sucrée. Les framboises et les griottes dans les desserts et gâteaux adorent la compagnie de cet aromate, tout comme la polenta sucrée ou la compote de pommes. Et si vous goûtez la foccacia dolce aux raisins et au romarin, vous ne voudrez plus vous passer de cette épice dans les associations culinaires sucrées.

Origine et histoire du romarin

Le romarin, ou rosmarinus officinalis de son nom en latin, trouve son origine en Europe du Sud, où il est depuis longtemps utilisé comme aromate et plante médicinale. Dans l’Antiquité, les Grecs le dédiaient à la déesse Aphrodite et les Romains le faisaient brûler pour son effet bienfaisant. Plus tard, son effet énergisant fut mis au centre et le romarin devint un symbole porte-bonheur. Les mariées portaient une couronne de romarin, une branche était posée dans le berceau des baptisés et l’herbe aromatique accompagnait les morts dans leur dernier voyage.

Au Moyen-Âge, le romarin était utilisé comme plante médicinale pour obtenir gloire et célébrité. Aux temps anciens, cette plante aromatique avait des usages externes à la cuisine : on l’utilisait contre les rages de dents et les pieds froids, les problèmes gastriques, l’athérosclérose, les symptômes d’empoisonnement, la fatigue, les attaques cérébrales et pour la circulation sanguine. En outre, on se protégeait avec du romarin des mauvais esprits et de la peste aussi.

Il est aujourd’hui principalement cultivé aux Pays-Bas et dans les pays des Balkans. Une partie de la récolte est destinée à l’industrie, où le romarin sert notamment d’ingrédient aromatique pour la production de savons.

Voici comment bien mettre en valeur l’arôme du romarin :

  • Lorsqu’il cuit dans le plat, son goût amer s’intensifie. Si cela n’est pas souhaité, il est préférable d’ajouter l’aromate dix minutes avant la fin de la cuisson.
  • Le romarin moulu est idéal pour obtenir une saveur discrète, car il se répartit bien dans les sauces par exemple.
  • Pour la cuisson ou pour sublimer une salade, l’huile de romarin est particulièrement adaptée. Comme base, on utilise une bonne huile d’olive dans laquelle on ajoute du romarin frais ou séché et éventuellement d’autres ingrédients tels que le poivre et l’ail. Après quatre à six semaines de repos dans un endroit sombre et frais si possible, l’arôme a bien imprégné l’huile et elle peut être utilisée de diverses façons.
Notre conseil :

Les Romaines appréciaient déjà le romarin pour ses vertus embellissantes. En effet, il est très simple de fabriquer à partir des rameaux frais une lotion capillaire naturelle, qui facilite le coiffage et apporte de la brillance. Pour la décoction d’herbes, on laisse infuser pendant dix minutes dans de l’eau bouillie des branches de romarin.

Produits FUCHS