Anis

L’anis est l’une des plantes aromatiques les plus anciennes au monde. En Grèce, il était déjà connu depuis le 16e siècle avant J-C. et dans la Rome antique, il était l’un des ingrédients des en-cas appréciés dans les gradins des spectateurs lors des combats de gladiateurs. Dans la cuisine européenne actuelle, son arôme particulier raffine le pain et les biscuits mais aussi les viandes blanches et le poisson.

  1. Arôme et transformation de l’anis
  2. Utilisation de l’anis
  3. Origine et histoire de l’anis

Arôme et transformation de l’anis

L’arôme douceâtre caractéristique de l’anis rappelle fortement celui de la réglisse. C’est l’huile essentielle d’anéthol, présente en très grande quantité, qui en est responsable. Le fenouil et l’anis étoilé en contiennent aussi, ce qui explique que leurs arômes se ressemblent beaucoup.

Le saviez-vous ? L’anis étoilé, malgré son nom, n’est pas du tout apparenté à l’anis en botanique.

Les graines d’un gris-brun se forment à partir des petites fleurs blanches de la plante. Elle peut atteindre jusqu’à 50 cm de haut et ses inflorescences et feuilles forment des ombelles. Elle préfère les lieux ensoleillés, c’est pourquoi on la plante principalement dans le bassin méditerranéen. On trouve d’autres zones de culture en Inde, en Russie ainsi qu’en Amérique centrale et du Sud. Lorsque les graines sont mûres, d’août à septembre, les plantes sont coupées et battues.

Utilisation de l’anis

On peut utiliser l’anis entier ou sous sa forme moulue. Son bouquet est le plus intense lorsque les graines séchées sont pilées dans un mortier peu avant leur utilisation. L’anis dispose d’une forte puissance aromatique et confère même à petite dose un goût raffiné et festif aux biscuits, au pain et aux gâteaux. Mais les salades et les mousses de fruits, les compotes, les mets à base de lait et de semoule ne sont pas en reste.

Les plats salés apprécient la note d’anis originale, douceâtre et épicée lorsque, par exemple, quelques grains sont ajoutés aux plats mijotés ou que le poisson ou la volaille est enrobé de poudre d’anis avant préparation à la poêle ou au four.

Enfin, l’anis apporte en grande quantité son goût de réglisse caractéristique dans les boissons telles que le pastis, le Pernod ou l’ouzo.

Conseil de dégustation : Lorsque l’anis frais apparaît sur les marchés en fin d’été, il ne faut pas hésiter à s’en procurer. En effet, les jeunes feuilles sont idéales dans la salade.

Origine et histoire de l’anis

On utilise l’anis en cuisine depuis des millénaires. Lors de fouilles sur Santorin, île grecque des Cyclades, des restes d’anis datant du 16e siècle avant J.C. ont été retrouvés. Les Crétois de l’Antiquité aromatisaient leur vin avec, entre autres, de l’anis, du genièvre et de la coriandre.

Dans la Rome antique, les graines épicées firent enfin leur entrée triomphale dans les fournils raffinés. C’est ainsi que Virgile mentionne dans ses textes des biscuits à l’anis qui étaient servis lors de grandes festivités. Ils étaient apparemment un snack fort apprécié, pour ainsi dire le pop-corn de l’Antiquité. Lors de fouilles sur le site du Colisée de Rome, les archéologues ont découvert les vestiges de biscuits à l’anis, tombés sous les sièges des spectateurs lors de combats de gladiateurs.